Diarrhée néo-natale

Les 4 premières semaines de vie sont particulièrement critiques pour la santé digestive de vos génisses. Différents agents pathogènes en sont responsables (voir photo) et un test diagnostique est essentiel afin d’adapter votre approche préventive et curative.

Diarhée néo-natale

Options préventives clés:

  1. Vaccination de la mère avant le vêlage ou de la génisse (6 premières heures)
  2. Évaluation du transfert de l’immunité via le colostrum
  3. Évaluation de l’aire de vêlagepouponnière (superficie, propreté et ventilation)
  4. Prévention et contrôle parasitaire (anticoccidien et halofuginone)

Approches thérapeutiques clés:

  1. Fluidothérapie orale: L’administration d’électrolytes est sans contredit l’aspect le plus important du traitement. En effet, celui-ci permet de remplacer les fluides perdus, corriger l’acidose et prévenir les dommages aux reins (pouvant résulter de l’administration de médicaments sur un animal déshydraté). Bien qu’il est parfois nécessaire de fractionner les repas de lait (ex: 1L), il n’est pas bénéfique de l’arrêter durant une période de plus de 12h.
  2. Fluidothérapie intra-veineuse: Lorsque l’animal est trop gravement atteint, votre médecin vétérinaire pourra procéder à l’administration de soluté de façon continue durant 24-48h.
  3. Antibiotique: Une antibiothérapie est nécessaire dans seulement 33% des cas de diarrhée néo-natale. Dans une optique de lutte contre l’antibiorésistance, votre médecin vétérinaire vous aidera à déterminer si l’administration d’antibiotiques est nécessaire ou non.
  4. Anti-inflammatoire: Bien que les anti-inflammatoires soient très bénéfiques pour votre génisse (augmente l’appétit, diminue les crampes abdominales et la durée de la condition), il est essentiel, tout comme pour les antibiotiques, de réhydrater l’animal.